Lettre Ouverte sur COVID-19 et Désarmement Humanitaire

COVID-19 ET DÉSARMEMENT HUMANITAIRE

Lettre ouverte à la société civile

Ouverte a la signature en juin 2020

Cette lettre fait valoir que le désarmement humanitaire peut ouvrir la voie à un monde meilleur et appelle les États, les organisations internationales et la société civile à suivre son exemple pour créer une “nouvelle normalité”. Il est ouvert à la signature des organisations de la société civile par le biais du formulaire ci-dessous.

Cette lettre est aussi disponible en anglais et espagnol.

Le bilan humain et économique de la pandémie de COVID-19 a été très lourd, brisant de nombreuses vies dans plusieurs pays. La pandémie a également mis en évidence le besoin de solutions globales à des problèmes mondiaux, dans la crise actuelle comme après celle-ci. Le moment est venu de réfléchir au monde tel qu’il est et d’envisager une meilleure alternative pour l’avenir. Une “nouvelle normalité” devra dépasser le domaine de la santé publique pour s’attaquer à d’autres questions qui préoccupent actuellement la communauté internationale, notamment les conséquences humanitaires des armes et des conflits armés, ainsi que la paix et la sécurité de manière plus générale.

Le désarmement humanitaire, une approche de la gestion des armes qui place les personnes au premier plan, peut contribuer à ouvrir la voie à un monde post-pandémie meilleur. Le désarmement humanitaire vise à prévenir et à remédier aux souffrances humaines et aux dommages environnementaux causés par les armes, par l’établissement et la mise en œuvre de normes. Lancé au milieu des années 1990, il a donné lieu à quatre traités internationaux, a été récompensé par deux prix Nobel de la paix et a inspiré les efforts en cours pour réduire d’autres dommages liés aux armes.

Les deux piliers du désarmement humanitaire que sont la prévention et la réparation devraient guider l’allocation des ressources pour faire progresser la sécurité humaine. La COVID-19 a amené les gens à jeter un regard neuf sur les choix budgétaires des États. Pour prévenir les dommages causés par les armes, les gouvernements et l’industrie devraient cesser d’investir dans des armes inacceptables, renforcer la protection des civils contre l’utilisation d’armes et veiller à ce que les transferts de ces dernières soient conformes au droit international. L’argent consacré aux arsenaux nucléaires et aux autres dépenses militaires pourrait être mieux utilisé à des fins humanitaires, comme pour les soins de santé ou les dépenses sociales. Pour remédier à ces dommages, les gouvernements devraient réorienter l’argent vers des programmes d’aide aux victimes, de restauration des infrastructures, de dépollution des restes explosifs de guerre et de la contamination liée aux conflits. Le financement des institutions multilatérales qui fixent des normes sur ces sujets et veillent à leur mise en œuvre permettrait également de faire progresser les objectifs de désarmement humanitaire.

Les principes d’inclusion et de non-discrimination, qui sont fondamentaux pour le désarmement humanitaire, devraient inspirer les mesures visant à remédier aux inégalités que COVID-19 a exposées et exacerbées. La pandémie a accru les difficultés rencontrées par les survivants des conflits et les personnes en situation de handicap en raison de la vulnérabilité de certains groupes, de leur incapacité à accéder aux soins de santé et aux produits de première nécessité, et des restrictions imposées aux travailleurs humanitaires. Une réponse apportée par le désarmement humanitaire garantirait que cette inégalité et cette marginalisation ne s’ancrent pas dans le temps. Elle permettrait également de promouvoir des programmes plus adaptés que ceux qui existaient auparavant. Les États et les acteurs humanitaires devraient redoubler d’efforts pour faire participer les personnes touchées et les populations diverses à la prise de décisions, recueillir des données désagrégées par sexe, âge, handicap et origine ethnique, et fournir l’aide de manière non discriminatoire.

L’inclusivité et l’accessibilité devraient être à la source de la diplomatie telle qu’elle émerge de son état numérique actuel. Depuis que la pandémie a conduit à un blocage mondial, les réunions de désarmement en personne ont été annulées, reportées ou tenues sous forme numérique. Si les réunions en face à face présentent des avantages importants, une fois qu’elles reprendront, la communauté internationale pourrait accroître l’inclusion et l’accessibilité en permettant une participation en ligne significative aux réunions multilatérales. Les personnes, y compris les survivants et autres personnes handicapées, qui ne peuvent pas voyager en raison d’un manque de financement ou de restrictions de visa, pourraient ajouter leur voix aux discussions critiques sur l’établissement et la mise en œuvre de normes.

Enfin, la coopération internationale devrait devenir un moyen standard de traiter les problèmes mondiaux, comme c’est le cas pour le désarmement humanitaire. Les traités de désarmement humanitaire, qui imposent une coordination internationale, l’échange d’informations et le partage des ressources, offrent des modèles de coopération. Les États devraient adopter une approche coopérative pour faire face aux dommages humains et environnementaux causés par les armes, et accroître leur assistance aux États touchés. Un tel esprit de coopération, renforcé par l’expérience de la pandémie, devrait être étendu à d’autres efforts multilatéraux visant à créer, mettre en œuvre et adapter les normes internationales.

Alors que le monde est en transition vers une réalité post-pandémique, nous appelons les États, les organisations internationales et la société civile à suivre l’exemple du désarmement humanitaire. La communauté internationale devrait donner la priorité à la sécurité humaine, réaffecter les dépenses militaires aux causes humanitaires, s’efforcer d’éliminer les inégalités, garantir que les forums multilatéraux intègrent des voix diverses et apporter un esprit de coopération aux problèmes de pratique et de politique. Ensemble, nous pouvons remodeler le paysage de la sécurité pour l’avenir et contribuer à créer une nouvelle – et améliorée – “normalité”.

Depuis l’ouverture à la signature, les 161 organisations de la société civile suivantes ont signé la lettre:

Campagnes mondiales:

  • Campaign to Stop Killer Robots
  • Conflict and Environment Observatory
  • Control Arms
  • International Campaign to Abolish Nuclear Weapons
  • International Campaign to Ban Landmines–Cluster Munition Coalition
  • International Network on Explosive Weapons

International:

  • Acronym Institute for Disarmament Diplomacy
  • Action on Armed Violence
  • Centre for Armed Violence Reduction
  • Centre for Feminist Foreign Policy
  • Centre for Peace & Development, Security, and Armed Violence Prevention (CPS-AVIP)
  • Conflict Awareness Project
  • Ethics in Technology
  • Global Campaign on Military Spending (G-COMS)
  • GunPolicy.org
  • HALO Trust
  • Humanity & Inclusion
  • International Coalition to Ban Uranium Weapons (ICBUW)
  • International Federation of Medical Students’ Associations (IFMSA)
  • International Peace Bureau
  • International Physicians for the Prevention of Nuclear War (IPPNW)
  • Jesuit Refugee Service
  • Landmine Free 2025 Campaign
  • Mayors for Peace
  • Mercy International Association, Global Action
  • Mines Advisory Group (MAG)
  • Movimiento por un Mundo sin Guerras
  • Nonviolence International
  • Norwegian People’s Aid
  • Parliamentarians for Global Action (PGA)
  • PAX
  • Pax Christi International
  • PeaceQuest International
  • Shadow World Investigations
  • Soka Gakkai International
  • United Methodist Church–General Board of Church and Society
  • Veterans For Peace
  • Vision GRAM-International
  • Women’s International League for Peace and Freedom (WILPF)
  • World BEYOND War

Afrique:

  • Action for Women and Children Concern (AWCC)
  • African Council of Religious Leaders–Religions for Peace (ACRL-RfP)
  • Association of Medical Students of Namibia
  • Cameroon Youths and Students Forum for Peace (CAMYOSFOP)
  • Centre d’Encadrement et de Développement des Anciens Combattants (CEDAC)
  • Civil Society Advance Forum on Sustainable Development
  • Ecumenical Service for Peace (SeP)
  • Environmental Protection Promoters Initiative
  • Fellowship of Christian Councils and Churches in the Great Lakes and Horn of Africa (FECCLAHA)
  • Femmes des Médias pour la Justice au Congo (FMJC)
  • Groupe d’Actions pour la Consolidation de la Paix (GACP)
  • International Federation of Medical Students’ Associations–South Africa (IFMSA South Africa)
  • Jireh Doo Foundation (JDF)
  • Kikandwa Rural Communities Development Organization
  • Liberia Action Network on Small Arms (LANSA)
  • Ligue Internationale des Femmes pour la Paix et la Liberté–RDC (WILPF-RDC)
  • Mécanisme pour l’Initiative de la Recherche de la Paix et le Développement (MI-RPD)
  • Medical Students’ Association of Malawi
  • Noble Delta Women for Peace and Development
  • Peoples Federation for National Peace and Development (PEFENAP)
  • Regional Centre for International Development Cooperation (RCIDC)
  • Reveil Communautaire d’Assistances aux Victimes (RECOVI)
  • Sierra Leone Action Network on Small Arms (SLANSA)
  • Somali Human Rights Association (SOHRA)
  • Southern African Centre for the Constructive Resolution of Disputes (SACCORD)
  • Survivors Recovery and Rehabilitation Organization (SRaRO)
  • West African Action Network on Small Arms (WAANSA)
  • Women’s Right to Education Programme
  • Zimbabwe Medical Students Association
  • Zimbabwe Open University

Les Amériques et les Caraïbes:

  • 24-0 México
  • Arias Foundation for Peace and Human Progress
  • Armed Conflict and Civilian Protection Initiative (ACCPI), Harvard Law School
  • Asociación Mexicana de Médicos en Formacion A.C. (AMMEF A.C.)
  • Campaña Colombiana Contra Minas
  • Caribbean Coalition for Development and Reduction of Armed Violence (CDRAV)
  • Centro de Estudios Ecuménicos
  • CODEPINK
  • Comisión Mexicana de Defensa y Promoción de los Derechos Humanos (CMDPDH)
  • Direção Executiva Nacional dos Estudantes de Medicina (DENEM Brazil)
  • ECPAT
  • Environmentalists Against War
  • Friends Committee on National Legislation
  • Hibakusha Stories/Youth Arts New York
  • Instituto de Ecología Política
  • Instituto Sou da Paz
  • International Federation of Medical Students’ Associations–Brazil (IFMSA Brazil)
  • International Federation of Medical Students’ Associations–Québec (IFMSA Québec)
  • Legacies of War
  • Mines Action Canada
  • Nuclear Age Peace Foundation
  • Oregon Physicians for Social Responsibility
  • Pax Christi Northern California
  • Peace Action
  • Peace Resource Center, Wilmington College
  • Physicians for Social Responsibility
  • Project Ploughshares
  • Proud Students Against Landmines and Cluster Bombs/West Virginia Campaign to Ban Landmines and Cluster Bombs (PSALM/WVCBL)
  • Science for Peace
  • Seguridad Humana en Latintoamérica y el Caribe (SEHLAC)
  • Serviço de Paz (SERPAZ)
  • World Federalist Movement–Canada

Asie:

  • Ban Landmines Campaign Nepal (NCBL)
  • Center for Peace Education, Miriam College
  • Centre for Peace and Conflict Resolution Cambodia
  • ChangeMaker: Society for Social and Economic Development
  • Family Studies Circle, Miriam College
  • Indian Institute for Peace, Disarmament and Environmental Protection
  • International Federation of Medical Students’ Associations–Japan (IFMSA Japan)
  • International Federation of Medical Students’ Associations–Pakistan (IFMSA Pakistan)
  • Japan Campaign to Ban Landmines
  • Medical Students Association of India
  • Pax Christi Philippines
  • Poovulagin Nanbargal
  • Rotary Club Visakhapatnam
  • Society of Malaysian Medical Association Medical Students (SMMAMS)
  • Women for Peace and Democracy Nepal

Europe:

  • Állítsuk meg a Gyilkos Robotokat
  • Associació d’Estudiants de Ciències de la Salut
  • Associazione Nazionale Vittime Civili di Guerra
  • Campagna Italiana Contro le Mine
  • Changemaker Norway
  • Comisión General Justicia y Paz
  • Den Internasjonale Kampanjen for å Avskaffe Atomvåpen (ICAN) Norge
  • Don’t Bank on the Bomb Scotland
  • Facing Finance
  • Forum Peace Ethics (FFE) within the Evangelical Church of Baden, Germany
  • Fundació Catalunya Voluntària
  • Fundació per la Pau (FundiPau)
  • Hellenic Medical Students’ International Committee (HelMSIC)
  • International Campaign to Abolish Nuclear Weapons–France (ICAN France)
  • International Physicians for the Prevention of Nuclear War (IPPNW) Norway
  • Irish Campaign for Nuclear Disarmament
  • Macedonian Medical Students’ Association
  • Medact
  • Organization of Amputees UDAS
  • Pax Christi Flanders
  • PeaceLink
  • Pressenza–International Press Agency
  • Rete Antirazzista Catanese
  • Rete Italiana per il Disarmo
  • Sadankomitea (Committee of 100 in Finland)
  • Secure Scotland
  • Scientists for Global Responsibility
  • Scottish Campaign for Nuclear Disarmament
  • Swedish Peace and Arbitration Society
  • UK & Ireland Nuclear Free Local Authorities

Le Moyen Orient:

  • Arab Human Security Network
  • Landmines Resource Center (LMRC), University of Balamand
  • Peace and Freedom Organization
  • Yemen Mine Awareness Association

Océanie:

  • Christians for Peace Newcastle Australia
  • Disarmament and Security Centre
  • Hunter Peace Group
  • Independent and Peaceful Australia Network
  • Marrickville Peace Group
  • Medical Association for Prevention of War (Australia)
  • Pacific Small Arms Action Group (PSAAG)
  • Peace Movement Aotearoa
  • SafeGround Inc
  • Victoria Regional Meeting of Quakers